Blog

24 septembre 2019

tttvt

commerce pharmaceutique des opiacés commence en 1827, quand les laboratoires Merck introduisent la morphine dans le grand public. En 1853, l’Écossais Alexander Wood conçoit la seringue hypodermique ; l’invention le rendra dépendant aux drogues, de même que son épouse. Dès le début, soulager la souffrance à l’aide d’opiacés sans entraîner d’accoutumance est une gageure. Une drogue remplace l’autre. L’héroïne est ainsi mise en vente dans les années 1890 pour « corriger les problèmes de dépendance rencontrés avec la morphine », une ironie que le docteur Stephen Evans, médecin légiste à Lorain County, comté de l’Ohio ravagé par les overdoses (lire « Overdoses sur ordonnance »), ne se lasse pas de rappeler. Ce spécialiste tient Purdue Pharma pour responsable de la catastrophe actuelle en ayant inondé le pays « d’héroïne en pilules ». Selon l’American Society of Addiction Medicine, quatre consommateurs d’héroïne sur cinq ont commencé par prendre des opiacés sur ordonnance.

Dès 2001, des États américains ont intenté des procès à Purdue, l’accusant d’avoir créé une crise de santé publique avec ses méthodes commerciales frauduleuses, et l’Ohio prépare actuellement une nouvelle poursuite (2). Le laboratoire dispose de moyens immenses pour assurer sa défense. Jusqu’à présent, il s’est tiré d’affaire en versant de l’argent, dans des règlements à l’amiable qui lui ont permis d’éviter des condamnations pénales. Mais sa marge de manœuvre se réduit à mesure que les révélations s’accumulent. Une armée d’avocats prépare actuellement un procès géant, une action collective (class action) qui effacerait les échecs judiciaires précédents. S’enrichir avec un produit qui tue : le cas de Purdue Pharma n’est pas sans rappeler celui de Philip Morris dans les années 1990 (3). À la tête de l’offensive contre le laboratoire, on retrouve même l’ancien procureur général de l’État du Mississippi Mike Moore, connu aux États-Unis pour avoir fait condamner les fabricants de tabac à une amende de 246 milliards de dollars en 1998.

Uncategorized
About bautzmann

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *